Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?

Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?

Le 09 août 2018
Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?Faire construire en Ile de France : primo accédant … parcours du combattant ?
Faire construire sa maison en région parisienne peut tourner au casse tête... surtout la première fois. Etre accompagné par des conseillers qui ne sont pas des simples commerciaux solutionne pas mal de problèmes.

Le premier achat d’un bien immobilier fait souvent trembler l’acquéreur. Trembler d’excitation avec l’idée de mettre à l’abri sa famille dans un nid douillet et trembler d’effroi à l’idée des complications et des possibles catastrophes à venir. En moyenne quand on achète pour la première fois, on est âgé de 36 ans… et on a en tête les déboires d’amis, de la famille ou des histoires sordides décrites dans des reportages. Bref au moment de se lancer pour faire construire sa maison on n’en mène pas large. Il existe pourtant des solutions pour que tout se passe bien… même en Ile de France.

Lorsque l’on envisage de faire construire on est le plus souvent trentenaire et le projet a muri. Marre de débourser chaque mois un loyer « à perte », envie de se poser, de construire son « nid », de se constituer un patrimoine. Et en la matière quoi de plus rassurant et rentable que la pierre ? Investir dans sa résidence principale est sans doute le meilleur conseil que l’on puisse vous donner. Et j’ajouterai : investissez le plus tôt possible. Un loyer mensuel de 900 euros est « à fond perdu » tandis que un remboursement d’emprunt de 900 euros… c’est de l’épargne. Et ce sentiment d’être « chez soi » en ayant placé un toit sur les siens est tellement agréable...

Tsunami de questions avant de poser les fondations

La décision est prise de construire. On se dit que c’est le moment : on s’est constitué une épargne qui servira d’apport, le PEL est bien rempli, les taux d’intérêts sont au plus bas, etc. alors on se lance. Une foule de questions se posent immédiatement : où construire ? Comment trouver un terrain ? Où dénicher un constructeur sérieux ? Par où prendre la « corvée administrative » du permis de construire, des raccordements divers ? Quel modèle de maison innovante choisir ? Quelle superficie ? Quel mode de chauffage ? Et le financement ? Comment trouver la banque la mieux placée ? Cette avalanche de questions n’en finit pas. Et plus on avance dans le projet plus on se pose des questions. On se sent parfois un peu seul… avec le sentiment de ne pas avancer, de se noyer. On ne sait pas par où commencer, dans quel ordre prendre les choses. Les doutes s’insinuent, la peur de se planter, de faire des mauvais choix, de ne pas investir de façon optimale vous fait parfois passer des nuits blanches. Le bel enthousiasme du début laisse parfois la place à l’angoisse. Tout cela est bien normal.

 Avec le crédit immobilier, on en prend pour 25 ans

Pourquoi est-il normal que cette belle aventure soit par moment si effrayante ? Parce que, par définition, quand on est « primo accédant » c’est une première fois. Comme souvent, les premières fois sont un mix de sentiments mêlés. Et toutes ces questions qui déboulent d’un coup ont de quoi déstabiliser les plus solides d’entre nous. D’une part car on sait que les décisions que l’on prend au début du projet immobilier nous engagent sur 25 ans et parfois plus : il y a un vrai enjeu en termes de qualité de vie (la bonne maison au bon endroit) et de budget (la bonne maison au juste prix… et économique au quotidien). Et d’autre part, car on est conscients de ses lacunes en la matière : on n’est jamais à la fois banquier, maçon, électricien, plombier, carreleur, « chasseur de terrain », spécialiste de l’isolation thermique, etc. Et souvent, même, on n’est rien de tout ça… on veut juste trouver un endroit sympa pour y construire une belle maison en la payant le juste prix avec un financement qui ne nous condamne pas à manger des pates sur les 25 ans qui viennent…

LA solution

Face à ces inquiétudes, ces questions et parfois ces problèmes, je ne connais qu’une solution : l’expérience. Car, forcément c’est ce qui vous manque : vous êtes inexpérimentés dans « tous les compartiments » du jeu. Bien accompagné, c’est une « aventure » qui peut être très sympa et rentable… et mal accompagné peut vous conduire à la « cata ». La première décision à prendre c’est le choix d’un conseiller, de quelqu’un d’expérimenté, d’honnête, aussi pointu sur la technique que sur le financement… et doté d’un réseau important (on débusque rarement les meilleurs terrains sur le web… spécialement en région parisienne).

 Il a ce qui vous manque

Alors qu’est-ce qu’un bon conseiller ? Un conseiller efficace est un « homme de l’art », un bon technicien capable de vous éclairer sur les produits (la maison) et de rentrer dans les détails de la construction tout en délivrant une information pointue mais que vous comprendrez aisément. Un bon conseiller est à l’écoute de vos besoins, de vos contraintes. Un bon conseiller a de l’expérience : il a déjà aidé de nombreuses familles dans leurs projets de construction dans l'Essonne et les départements limitrophes. Donc il a été confronté au long de sa carrière à toutes les problématiques… à tous les problèmes qui peuvent se présenter sur ce parcours. Il connaît les problèmes techniques, les problèmes de financement, les problèmes administratifs… et le plus souvent, il les anticipe pour vous (ou vous trouve des solutions rapidement). Un bon conseiller a de l’expérience… et ça tombe bien, c’est justement ce qui vous fait défaut. Son expérience du terrain, ses connaissances dans les mairies des différentes villes de l'Essonne, ça n'a pas de prix (mais pour vous c'est gratuit).

Pas OUI-OUI

Un bon conseiller n’est pas quelqu’un qui dit OUI à tout et qui va toujours dans votre sens. Celui qui dit toujours OUI est un commercial low-cost, il vous flatte, vous fait plaisir… mais il risque de vous emmener… "dans le mur". Les conseillers qui vont vous aider à faire les bons choix sont capables de vous dire « OUI MAIS » et parfois « NON ». Si dès le départ vous êtes orientés par un conseiller, votre parcours du combattant va se transformer en visite guidée. Celui-ci vous pour présentera tous les aspects de la construction d’un pavillon individuel, vous présentera les différentes options disponibles, répondra à vos questions, lèvera toutes les ambiguïtés avec vous. En bref, il vous aidera à choisir les meilleurs COMPROMIS.

Les 3 leviers de la décision : financement, maison, terrain

Car oui, il faut oser le dire : faire construire sa maison est TOUJOURS un compromis. Ce compromis se règle avec 3 leviers majeurs : le financement, la maison, le terrain. En jouant sur un des 3 leviers on influe sur les 2 autres. Il faut bien garder cet aspect en tête lors de la réflexion initiale… et bien se dire qu’il y aura des concessions à faire. Le constructeur qui ne vous parle que de la maison qu’il veut vendre est au mieux incompétent… et au pire malhonnête. Car ça ne se passe pas comme ça en réalité. Il y a un travail préalable de « réglage » qui demande un peu de réflexion, du temps, de l’écoute. Le bon conseiller va prendre ce temps pour cibler vos attentes et vos besoins… et il osera vous dire qu’il y aura des concessions à faire. Cela n’est pas toujours drôle à entendre mais c’est le plus grand service que le conseiller puisse vous rendre pour éviter de graves désillusions dans la suite du projet.

Les choses dans l’ordre : le budget précis du projet de construction

Concrètement comment cela se traduit ? Et là on doit faire les choses dans l’ordre : on détermine avec le plus grand sérieux le budget (apport et capacité d’emprunt) puis en fonction on joue sur les deux autres leviers que sont la maison et le terrain. Certains d’entre nous préfèrent investir dans une maison de 200 mètres carrés sur un terrain plus modeste en taille. D’autres, pour bénéficier d’un terrain plus vaste, feront l’effort de s’éloigner de leur lieu de travail. Si vous êtes prêts à faire une heure de transport en commun, vous trouverez des terrains sans doute moins onéreux… et cela vous laissera une part plus importante de votre budget pour vous faire plaisir sur votre maison (nombre de pièces supplémentaires, équipements, décoration, etc.). A chacun ses priorités : votre conseiller vous aidera à les formuler clairement. Ainsi vous déterminerez VOTRE compromis, celui qui est satisfaisant pour votre famille et pour vous.

Votre maison en Ile de France ? Ça se précise...

Ainsi éclairé dès le début de votre projet de construction et accompagné tout au long des démarches vous oublierez bien vite les angoisses. Chez Maisons Logelis Ile de France nous accordons une très grande importance à cette phase préliminaire à la construction. C’est là que tout se joue. C’est la raison pour laquelle nous ne recrutons pas de commerciaux mais uniquement des conseillers… et des bons. Venez les rencontrer, ils vous écouteront et vous conseilleront, il vous aideront et vous accompagneront. Ils vous feront bénéficier de toute leur expérience et de leur connaissance « en profondeur » de la région parisienne… et vous profiterez de leur réseau pour trouver le terrain qui vous correspond et le meilleur des financements disponibles.

Appelez Nino, Kristofer et Fabien et vous oublierez bien vite que primo-accédant rimait avec « parcours du combattant ». Vous pouvez nous rendre visite à notre agence d'Arpajon (Essonne) mais nous viendrons également discuter de votre projet à votre domicile si vous le souhaitez.

Maisons Logelis Ile de France - les maisons de dernière génération

 

 

 

Accéder à l'agence

Horaires de l'agence
Du lundi au vendredi :
de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00

Voir le plan d'accès